Meilleures ventes

Informations

Auteures

Nouveaux livres

  • Les Chroniques d'Ouranos (ebook)
    Les Chroniques d'Ouranos (ebook)

    Imaginez Ouranos, une mégapole futuriste, suffoquant sous la pollution,...

    9,99 €
  • Long courrier (ebook)
    Long courrier (ebook)

    La rencontre entre Síle, une Irlandaise bobo, et Jude, une Canadienne à...

    9,99 €
  • À l'origine (ebook)
    À l'origine (ebook)

    Nomi s’est installée à San Francisco pour vivre avec Sapphire qui décide...

    9,99 €
  • Émois, et moi (ebook)
    Émois, et moi (ebook)

    "J‘ai fait l’amour avec une fille … " Le jour où Nadia fait cet aveu à...

    9,99 €
  • Ev Anckert
    Ev Anckert

    Ev Anckert, éditrice parisienne, est une croqueuse de femmes. Celles...

    18,00 €

Cécile Dumas

Cécile Dumas

© Karine Pelgrims

Originaire des contrées volcaniques de l'Auvergne, Cécile Dumas aime prendre le large vers de nouveaux horizons, carnet de notes en main et plume alerte. Enseignante et traductrice, ("Butch/femme, mode d'emploi" de Lesléa Newman et "Antipodes" de Claire McNab, entre autres) elle met à profit son temps libre pour vivre ses désirs d'évasion et d'écriture. Chaque nouveau roman est pour elle une invitation à la conversation.

Interview arccordée par Cécile Dumas en octobre 2010 à ktmeditions.com


Pourquoi avoir écrit la suite de « Taille Unique » ?


Isabelle, l’éditrice de KTM éditions, m’avait sollicitée pour écrire une nouvelle dans le recueil « 10 ans, ça se fête ! », en me demandant de faire revivre des personnages que j’avais déjà créés. J’ai choisi de reprendre les personnages de « Taille Unique », Anita et Michèle. J’avais écrit une fin plus ou moins ouverte à ce roman. En composant l’intrigue de la nouvelle, je me suis dit qu’il y avait matière à relancer leur histoire et le dénouement de « Quai des Brumes », qui n’en est pas vraiment un, laissait la place à une poursuite de leur aventure.
Néanmoins, il n’est pas nécessaire d’avoir lu « Taille unique » pour découvrir « Effet secondaire ».


Pourquoi avoir attendu si longtemps pour le faire ?


Pour des raisons de disponibilité tout simplement. J’ai traduit 7 romans pour KTM éditions et je travaille actuellement sur une nouvelle traduction. Je cumule aussi un travail à plein temps, donc il n’est pas toujours aisé de me dégager du temps pour stimuler mon inspiration. Il faut se ménager des temps d’écriture, mais aussi des moments où on laisse de côté ses préoccupations habituelles pour que l’imagination ait le champ libre. Plus on a de responsabilités professionnelles, plus c’est difficile.


Est-ce que cette suite est vraiment nécessaire, qu’apporte-t-elle de plus finalement ?


Quand j’ai écrit « Taille Unique », j’ai décidé de focaliser le récit et la narration sur le point de vue d’Anita. Le lecteur n’en sait pas plus qu’elle. Elle raconte son aventure, elle livre ses pensées, mais aussi ses doutes, ses suppositions en particulier sur Michèle. Ce parti pris, que j’ai décidé de maintenir jusqu’au bout, a été un peu frustrant, car il a laissé le personnage de Michèle dans l’ombre, il l’a rendu mystérieux et peut être moins attachant. Avec « Effet secondaire », je rétablis en partie l’équilibre. Ça m’a permis de revenir sur des événements de « Taille Unique » avec la version de Michèle, de compléter le récit en quelque sorte.
On découvre des personnages qui ont évolué de manière différente et aussi un nouveau personnage, Emilie, qui vient troubler la fête.


Est-ce qu’il y a des éléments autobiographiques dans ces deux romans ?


Évidemment. Je n’ai pas une imagination débordante. Je distille quelques traits de ma personnalité dans les deux personnages principaux, Anita exerce le même métier que moi et j’ai l’âge de Michèle. Certains faits sont aussi inspirés de mes aventures, car, à l’heure actuelle, il est plus simple pour moi de parler de ce que je connais.
« Taille Unique » est le premier roman que j’ai écrit et « Effet secondaire » a, en quelque sorte, reconduit les dispositions dans lesquelles je me trouvais à cette époque, à vouloir écrire quelque chose qui me ressemble un peu.
Avec l’expérience et la maturité, je vais maintenant écrire des romans qui seront sensiblement détachés de ma vie personnelle.

Interview
Résultats 1 - 5 sur 5.
Résultats 1 - 5 sur 5.